ASSOCIATION D’AMITIÉ FRANCO-ITALIENNE

BENVENUTI IN PUGLIA

du 8 au 14 mai 2017

Du 8 au 14 mai, 40 de nos adhérents sont allés visiter le talon de la botte italienne.

Après un départ très matinal lundi 8 mai, les voyageurs guidés par Chantal, l’accompagnatrice d’Arts et Vie, ont  pu

s’installer dans le bel hôtel Mercure Romanazzi de Bari

Après le repas du soir les plus courageux se sont rendus au centre ville pour participer aux festivités lumineuses de la

fête du saint patron de la ville : saint Nicolas.

Mardi 9 nous sommes partis à Trani, jolie ville de la côte nord de

Bari. Nous avons pu admirer la très belle cathédrale aux  portes de

bronze, dédiée à saint Nicolas le pèlerin. De pur style roman apulien,

elle se dresse au-dessus de sa crypte aux nombreuses colonnes.

Au dos de la cathédrale, la mer, au bord de laquelle s’impose le

Castello Svevo  bâti par Frédéric II de Souabe…

Puis nous nous sommes promenés dans les

petites ruelles, le long du port, et nous nous

sommes rendus dans la fraîche trattoria de

Cacciainferno pour un repas local . 

L’après midi le car nous a emmenés à Castel del Monte, étrange citadelle octogonale où notre

guide italienne Michelle nous a emmenés dans un parcours initiatique sur les

traces de l’empereur éclairé Frédéric II.

Notre car nous a conduits ensuite le long de la côte jusqu’à Bitonto. Nous

sommes entrés dans l’exceptionnelle cathédrale du XII°et XIII° siècle sous

laquelle a été découvert un site archéologique paléochrétien. Nous avons pu

admirer l’ambon, les multiples colonnes aux chapiteaux dépareillés de la crypte, à l’extérieur la rosace de pierre …

Mercredi 10, la matinée a été consacrée à la visite de Bari.

Michelle nous a emmenés à la pinacothèque riche en toiles de peintres locaux ou de l’école

vénitienne, Vivarini, Bellini, le Tintoret, Véronese, etc … De jolies crèches napolitaines étaient

présentées dans des vitrines.

En sortant nous avons pu visiter une ville de Bari sans voitures, calme et où les promeneurs

pouvaient déambuler à leur rythme, sans crainte. En effet, la municipalité préparait l’arrivée du G7

, et les administrés s’employaient à nettoyer, protéger, surveiller … afin que tout soit prêt pour le

lendemain.

Nous sommes entrés dans la basilique Saint Nicolas de style roman apulien, construite par les

Normands de Hauteville,  qui enferme les reliques du saint. Dans la crypte était célébré un culte orthodoxe; en effet,

une importante communauté russe est à Bari. (Saint Nicolas va unir les deux églises, orthodoxe et latine).

Puis nous avons pu faire une balade à travers les petites rues jusqu’au château normand-souabe. Après avoir dégusté

des spécialités de la mer au Rifugio del Pescatore à Mola di Bari, nous avons pris la route du sud. Nous avons fait

étape à Polignano a Mare, où nous avons déambulé dans la petite ville et les plus gourmands ont pu se régaler du

traditionnel gelato. Ensuite, nous sommes allés jusqu’à Monopoli, charmante localité perchée en bord de mer, aux

petites rues  blanches en pente douce où Pascal, natif du lieu, nous a raconté l’histoire

de sa ville, et fait partager son amour de ce lieu pittoresque et chargé d’histoire. La

traditionnelle photo de groupe a été faite en bord de mer, au soleil couchant, avant de

reprendre la route de l’hôtel Romanazzi à Martina Franca.

La soirée à l’hôtel a été courte car le lendemain une journée dense en découvertes

nous attendait.

Jeudi 11

Notre programme prévoyait une excursion dans la proche vallée de l’Itria,  mais c’est le programme du vendredi

que nous avons suivi, car de nombreuses manifestations festives, sportives ou politiques avaient lieu dans les Pouilles cette semaine là..

Nous sommes donc partis à nouveau vers le sud, mais bien plus loin cette fois, jusque dans

le Salento.

A travers une mer quasi discontinue d’oliviers jeunes ou séculaires se détachant sur une

terre rouge, nous avons rejoint Otrante, port célèbre pour la bataille qui s’y déroula en 1480,

et au cours de laquelle, la population fut massacrée par une flotte turque de 100 navires.

Nous avons pu voir la fabuleuse mosaïque du XII° siècle du moine

Pantaleon, faite de 600 000 tesselles et qui recouvre tout le pavement sous

la forme d’un arbre de vie gigantesque.

Ensuite Zia Pina nous a accueillis dans sa masseria pour un déjeuner de

spécialités locales variées, dans la bonne humeur et le sourire.

Antonio notre chauffeur nous a conduits ensuite jusqu’à Lecce, la

merveilleuse ville baroque  du Salento. Tout en pierre blonde et en

décorations doucement courbées, la ville a vu cette explosion artistique au

XVI° siècle sous la domination espagnole, après la victoire de Lépante sur

les Turcs. Le barocco leccese, exubérant, floral, animalier, fantastique explose sur les façades

des demeures , dans les cours intérieures, dans les églises. Nous passons par la Piazza Duomo,

Santa Croce, l’hôtel du zimbalo ( ?) dédié à St François de Paul, fondateur de l’ordre des

Minimes. Nous mangeons une glace sur la place où l’amphithéâtre romain côtoie l’architecture

mussolinienne et les façades baroques …

Après cette visite à travers les splendeurs passées, nous revenons à Martina Franca.

Vendredi 12

La journée est consacrée à la visite  des villes typiques de la vallée de l’Itria.

Nous partons à Locorotondo où nous sommes surpris par la fraîcheur matinale due au vent fort qui souffle sur la ville ronde.

Nous nous arrêtons en silence devant l’église de la Madonna del Soccorso pour laisser passer un enterrement au cours

duquel la banda (fanfare) municipale accompagne le défunt au milieu des couronnes, toutes identiques, de fleurs rouges

offertes et portées par la famille et les amis. Nous passons devant le palazzo Morelli sur la place principale, puis nous allons

sur la promenade.

Et nous nous dirigeons ensuite vers Alberobello. La visite du village de trulli

était prévue l’après midi, mais cette fois ce n’est pas la saint Nicolas ni le

G7 qui marchent sur les mêmes chemins que Benvenuti, mais bien le Giro d’Italia, équivalent de

notre Tour de France, qui doit terminer l’étape qui va de la Calabre aux

Pouilles … à Alberobello, l’après midi. Nous arrivons en pleins préparatifs

de la fête. La localité est rose (couleur du maillot du vainqueur en Italie).

Michelle nous emmène d’abord dans la partie la plus authentique, celle qui

ne comporte pas de commerces pour les touristes. Nous sommes charmés

par les petites habitations blanchies à la chaux et au toit de pierres sèches en forme de cône.Nous sommes accueillis par

quelques artisans à l’ancienne, comme les tailleurs de pierres, les fabriquants de « trottole » (toupies), les  musiciens

ambulants qui nous font danser la tarentelle sur les pavés de pierre ! Nous visitons l’intérieur du trullo de Grazia et Pasquale,

meublé à l’ancienne, puis nous allons faire quelques achats dans la partie commerçante, et enfin nous quittons Alberobello

au moment où la préparation de l’arrivée du Giro ferme la plupart des rues. Antonio

nous emmène déjeuner à la Masseria Pappaporta , dans la fraîcheur, et nous pouvons

pénétrer dans de très anciens trulli à côté de la citerne à eau.

L’après midi continuons la vallée de l’Itria avec un arrêt à Ostuni, ville toute blanche

située en hauteur. Nous grimpons à pieds, mais certains préfèrent utiliser les services

de l’Ape Calessina, et nous nous retrouvons à Porta Nuova, nous montons jusqu’à la

Cathédrale où a lieu un mariage entre une italienne et un anglais, nous applaudissons

les mariés et leurs demoiselles d’honneur vêtues de bleu ciel, sous une pluie de pétales

roses. Michelle nous fait remarquer aux fenêtres des maisons de curieux

aménagements qui permettent l’été d’étendre des tentures imbibées d’eau, climatisation naturelle et rafraîchissante.

Nous revenons à Martina Franca, assez tôt pour pouvoir faire une visite de cette « bonbonnière baroque ». Sur le

grand fronton de la basilique trône une sculpture dans laquelle le personnage principal est manifestement le cheval et

non son cavalier. En effet , l’élevage des chevaux de race est une des caractéristiques locales. Nous regardons encore

une fois les palais baroques de la via Cavour, la gracieuse piazza Plebiscito à côté de la blanche basilica San Martino.

Puis Michelle emmène les gourmets dans une huilerie, il frantoio oleorio L’Acropoli di Puglia,  où Vincenzo et Mario

nous expliquent l’extraction de l’huile d’olive, nous indiquent comment la cuisiner, et nous font goûter diverses huiles et produits

dérivés. Nous achetons de petites confections qui peuvent supporter le transport en avion.

Samedi 13

C’est la dernière journée de notre voyage. Nous quittons les Pouilles pour nous diriger dans la région voisine

la Basilicate, afin de découvrir la ville de Matera. Nous nous arrêtons au belvédère, le spectacle nous coupe le souffle : en face

de nous, une ville au sommet d’un ravin descend le long de la pente ;

accrochée à la paroi, des trous apparaissent comme dans un gruyère. Nous

découvrons la ville troglodyte décrite par Carlo Levi dans son célèbre  livre :

Le Christ s’est arrêté à Eboli. Ici pas de coupure depuis les époques

préhistoriques les plus anciennes. Matera est classée au

patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1993. Michelle

va nous emmener arpenter les ruelles de cette cité

étrange. Cette fois, les personnalités du G7 sont passées

avant Benvenuti, la ville est calme, sans barrières,

nettoyée. Le ciel est sans nuages, Il fait très chaud,

certains achètent des chapeaux pour se protéger. Nous

commençons à descendre dans le Sasso Caveoso

jusqu’à la maison-grotte de casa di Vico. Nous écoutons

une présentation du mode de vie paysan qui se déroulait

dans ce lieu, bêtes et gens vivant sous le même toit, lits

de paillasses sur lesquels plusieurs personnes devaient

s’entasser. Ici tout est malgré tout accueillant et propret, mais il faut imaginer la vie

dans cet environnement avec le manque d’eau, les rues pavées, la poussière, la boue

et l’absence de lumière… Nous ressortons impressionnés, il est 12h30, nous

remontons du Sasso Caveoso  et nous suivons Michelle chez Nadi’ où des tables sont

dressées pour nous sur la terrasse, sous des tentes. La chaleur et la fatigue qui commencent à se faire sentir incitent plusieurs d’entre

nous à rester dans la ville haute, riche en terrasses et glaciers. Les plus courageux vont visiter l’église rupestre de Santa Lucia alle

Malve, creusée dans la roche, et où l’on peut encore admirer des peintures murales qui

ont été épargnées par le temps : San Nicola, Sant’Agata… Mais il est temps de rentrer

à Martina Franca  pour notre dernière soirée dans les Pouilles.

Benvenuti offre le traditionnel apéritif aux voyageurs, Pierre Bozetto remercie les

accompagnateurs pour leur compétence et

leur gentillesse, les voyageurs pour leur bon

esprit de groupe, et la douzaine de choristes

de la Tarentelle entonne quelques chants de

son répertoire sous les applaudissements du

groupe. A la fin du repas, un musicien jouant

à la fois de la guitare et  de l’harmonica,

accompagné d’une chanteuse qui manie avec dextérité un grand tambourin arrivent. Ils

commencent à interpréter une Pizzicata, la musique qui rythme les danses des femmes

piquées par l’araignée la tarantule. Deux gracieuses danseuses aux longues jupes

virevoltantes et armées de foulards noirs commencent à danser, elles se frôlent sans jamais se

toucher. Le geste est élégant, de plus en plus rapide. Elles sont très applaudies, exécutent plusieurs danses. Puis viennent solliciter les personnes

du groupe pour danser avec elles. La soirée se poursuit au rythme des tarentelles, tamuriate et pizzicate, les voyageurs fatigués par la chaleur et

les nombreuses visites retrouvent une énergie nouvelle et dansent sur ces rythmes entraînants.Benvenuti a apprécié les chanteurs et musiciens,

qui ont à leur tour apprécié le groupe de Benvenuti, lequel a su participer dans la bonne humeur à ces musiques et danses traditionnelles des

Pouilles.

Dimanche 14 : retour à St Cyr, la tête pleine d’images fabuleuses et de bons souvenirs.

Texte de Nicole - Photos de Caroline

Cathédrale romane de Trani Castello Svevo de Frédéric II de Souabe Castel del Monte Crypte de la Cathédrale de Bitondo Bari fête Saint Nicolas Le groupe à Monopoli ville natale de Pascal Autel de la Basilique Saint Nicolas Ruelle de Bari Un olivier qui cache la forêt! Mosaïque de l'église d'Otrante Zia Pina Cathédrale de Lecce Locorotondo Ruelle de trulli à Alberobello Grazia fait visiter son trullo Ostuni Cathédrale baroque de Martina Franca De l'huile d'olive délicieuse! Matera depuis le belvédère Le groupe à Matera L'intérieur d'un sasso (habitation troglodyte Matera Soirée Pizzicata Soirée Pizzicata Soirée Pizzicata